Maryline GANDON

  • Localisation : LADUZ

Billets de apetitspascestmoiquevoila

"comment etre parent aujourd'hui" conférence Kaizen

"comment être parent aujourd'hui"

 Les relations affectives nouées entre 0 et 6 ans laissent une empreinte essentielle chez l’enfant et influencent grandement sa vie d’adulte. Ce podcast, enregistré le 10 juin 2015 lors d’une conférence Kaizen au journal Le Monde, aborde un nouvel horizon de la parentalité avec trois spécialistes de l’éducation alternative : Catherine Gueguen, Isabelle Peloux et Gaëlle Baldassari.

http://www.kaizen-magazine.com/comment-etre-parent-aujourdhui/

A la découverte du livre « Jouons ensemble...autrement » de Catherine Dumonteil-Kremer

Ci dessous je vous laisse découvir un article rédigé par Annick Dourthous de la société Idéamots http://www.ideamots.fr/blog/

 

A la découverte du livre « Jouons ensemble...autrement » de Catherine Dumonteil-Kremer 

Voilà un livre qui comble le fossé entre les enfants que nous avons été et la place que l'on accorde trop peu souvent, dans nos vies pressées d'adultes, au jeu avec nos bambins.La tentation est grande de se dire que nos petits, noyés pour la plupart dans la masse de jouets qui s'amoncellent dans leurs chambres, n'ont pas besoin de nous pour jouer et qu'ils en ontsuffisamment pour s'occuper.


Eh bien on a tout faux... Catherine Dumonteil-Kremer, dans son livre, décortique la symbolique du jeu d'un point de vue quasi thérapeutique : le jeu constitue un élément structurant de la relation parent/enfant en tant que processus de connexion affective. Il permet ce que l'auteur appelle « la rencontre émotionnelle » entre les parents et leurs enfants.  

Expression naturelle de la découverte du monde par le nourrisson, le jeu reste un moyen incontournable de rester connecté à l'enfant, au fur et à mesure qu'il grandit, et de lui transmettre «  un message d'amour et de sécurité ». 

Cette notion impose au préalable que nous-mêmes, parents, soyons capables de nous défaire des  carcans sociaux qui nous empêchent quelquefois de nous libérer et de nous laisser exprimer librement nos émotions. 

En d'autres termes, oublions la gêne, la peur, l'ennui que nous ressentons parfois à la simple idée de nous laisser aller sans retenue au jeu... et accompagnons joyeusement nos enfants dans la danse endiablée des mille et une perspectives ludiques que nous propose l'auteur.


Qu'il s'agisse des jeux libres, qui permettent à l'enfant de reproduire des situations du quotidien pour mieux l'assimiler ou de rejouer des événements difficiles ou douloureux ; qu'il s'agisse des jeux de chahut qui aident à débloquer une situation tendue et qui favorisent la complicité par des francs fous rires, l'idée est de resserrer les liens et de souder une alliance inconditionnelle entre parents et enfants. 

Jouer avec ses enfants c'est leur accorder de l'attention, c'est accepter de rentrer dans leur univers sans juger, juste pour écouter l'expression de leurs sentiments. L'objectif est de remplir le « réservoir affectif de nos enfants » par notre présence, notre attention et notre amour. 

Catherine Dumonteil-Kremer évoque également les jeux de société qu'on peut facilement détourner pour en transformer l'esprit de compétition, blessant et improductif, en esprit de solidarité et de coopération ; chacun trouve sa place et il n'y a ni gagnant ni perdant, juste l'envie de partager un moment de connivence. 

« Jouons ensemble... autrement » est un livre vivifiant, réconfortant, qui nous aide à porter un autre regard sur le jeu et la place de choix qu'il occupe dans notre relation avec nos enfants. 

Truffé d'exemples concrets des pistes à expérimenter pour améliorer notre quotidien familial, cet ouvrage résolument pratique nous présente plus d'une cinquantaine de jeux spontanés et coopératifs : simples, faciles et rapides à mettre en place, ils ne nécessitent que notre engagement et notre bonne volonté... Alors il n'y a plus qu'à piocher et à nous lancer !!  

Annick

LES MÈRES ONT TOUJOURS TORT !!



Les mères qui n’allaitent pas ne se soucient pas de la santé de leur bébé ;
Celles qui n’allaitent que quelques semaines sont des lâcheuses ;
Celles qui allaitent plusieurs mois sont des perverses ;
Celles qui optent pour l’allaitement mixte sont des indécises qui vont mêler leur bébé !

Les mères qui allaitent en public sont exhibitionnistes ;
Celles qui s’empêchent de sortir font preuve d’une pudeur mal placée et sont des ermites !

Les mères qui accouchent avec la péridurale sont faibles et égoïstes ;
Celles qui veulent un accouchement naturel sont des grandes masochistes ;
Celles qui ont une césarienne ne pourront jamais avoir un bon lien d'attachement avec leur bébé !

Celles qui font du portage sont trop fusionnelles et briment l'enfant dans la construction de son identité ;
Celles qui n'en font pas rejettent leur bébé qui restera avec un sentiment de solitude permanent !

Les mères qui envoient leurs enfants à la garderie l’abandonnent et le font élever par quelqu’un d’autre ;
Celles qui restent à la maison avec leurs enfants les privent de stimulation et de contacts sociaux importants !

Les mères qui travaillent sont matérialistes et préfèrent leur carrière à leur enfant ;
Celles qui ne travaillent pas n’ont aucun statut social, sont improductives et n’ont aucune compétence professionnelle !

Les mères qui ont une maison resplendissante de propreté passent leur temps à nettoyer plutôt que de s’occuper de leurs enfants ;
Celles ou ça traîne sont des souillonnes qui se fichent que leurs enfants attrapent des microbes ;
Celles qui ont recours à une femme de ménage ne sont que de sales richardes !

Les mères qui prennent du temps le matin pour se coiffer et se maquiller sont des « poupounes » qui donnent priorité à leur apparence sur leur vie de famille ;
Celles qui ne le font pas se laissent aller et vont sûrement perdre leur mari !

Les mères qui prennent du temps pour elles-mêmes sont égoïstes et ne devraient pas avoir d’enfants ;
Celles qui se dévouent à 100% à leurs enfants obligent ceux-ci à supporter une mère non-équilibrée !

Les mères qui dorment avec leur bébé le gâtent, le rendent dépendant et risquent de l’étouffer par-dessus le marché ;
Celles qui le font dormir dans son propre lit lui font ressentir de l’abandon qui va le traumatiser !

Les mères qui offrent des sucreries à leurs enfants sont insouciantes de leur santé physique et dentaire ;
Celles qui les permettent à l’occasion ne sont pas constantes ;
Celles qui les interdisent sont sévères et de toutes façons leur enfant en mangera en cachette et deviendra obèse !

Les mères qui laissent pleurer leur enfant ne répondent pas à leurs besoins et ils en resteront marqués ;
Les mères qui ne laissent pas pleurer se laissent manipuler et cèdent vraiment à tous leurs caprices !

Les mères qui ont 1 enfant le gâtent et le rendent égoïste ;
Celles qui en ont 2 veulent juste être dans la norme et faire comme tout le monde ;
Celles qui en ont 3, il y en a toujours 1 qui est « à part » ;
Celles qui en ont 4 ou 5 ne pourront jamais leur donner toute l’attention qu’ils méritent ;
Celles qui en ont 6 ou plus sont simplement folles !

Les mères qui ne donnent pas de vaccins sont des hippies qui font preuve de négligence grave et ne se soucient pas de la santé de leurs enfants ;
Celles qui en donnent sont complètement inconscientes des dangers et font exprès de les rendre malades !

Les mères qui utilisent des couches jetables sont pollueuses et jettent leur argent par les fenêtres ;
Celles qui lavent leurs couches sont arriérées et aiment avoir les mains dans la m*** !

Les mères qui vivent avec le père de leurs enfants dans une relation de couple harmonieuse se pensent meilleures que tout le monde ;
Celles qui ont une relation difficile avec le père de leurs enfants offrent un mauvais modèle à leurs enfants ;
Celles qui sont monoparentales vont nécessairement avoir des enfants déséquilibrés ;
Celles qui sont dans une famille recomposée imposent à leurs enfants un beau-père qu’ils n’ont pas choisi ;
Celles qui ont un nouveau copain, quelles traînées !

N’est-ce pas que toutes ces mères sont indignes, vilaines, méprisables, névrosées… !
Et pourtant… bravo à toutes ces horribles mères !!

auteur anonyme !

samedi 19 mai 2012

"d'où viennent les bébés ?"

 

"Si l'on en croit un récent best-seller, les hommes viendraient de Mars et les femmes de Venus. Pour ce qui est des bébés, les experts pensent maintenant qu'ils viennent de quelque part près de la Voie lactée. Ce qui expliquerait que lorsqu'ils arrivent sur Terre, ils sont affectés d'une sorte de "jetlag" cosmique, et ne connaissent absolument rien des coutumes et styles de vie terriens. Les Terriens, qu'ils soient de Mars ou de Vénus, sont très troublés de voir ces nouveaux arrivants ne pas se conduire tout de suite comme le font les Terriens adultes : manger selon un rythme terrien, dormir quand la nuit tombe, etc. Les Terriens sont très surpris de voir leurs tout-petits, naturellement synchronisés sur le temps de la Voie lactée, se conduire d'une façon pourtant tout à fait normale pour des citoyens de la Voie lactée. Parents terriens, notez bien : vos bébés se conduisent parfaitement normalement pour des Voie-lactiens ! Les citoyens de la Voie lactée mangent toujours toutes les deux heures. Ils dorment le jour et sont debout la nuit. La nuit est faite pour s'amuser et rencontrer les amis. Si malgré tout, un Voie-lactien dort la nuit, il ne le fait qu'en groupe, comme les chiots, par peur du Monstre lacté qui attaque les petits Voie-lactiens quand ils sont seuls dans l'obscurité. Laissés tout seuls, ils ont peur et appellent à l'aide. Quand ils arrivent, ils ne parlent pas un mot de français, ni d'anglais, ni d'aucune autre langue terrienne. Ils essayent de communiquer en langage voie-lactien, mais les Terriens ont beaucoup de mal à les comprendre. Parfois, au lieu de l'admettre, les Terriens préfèrent dire que c'est bon pour les poumons du Voie-lactien que de parler tout seul dans sa chambre pendant des heures. Quand un petit Voie-lactien arrive sur Terre, il est important de comprendre d'où il vient, et de l'accueillir avec respect. Souvenez-vous qu'il a besoin de temps pour s'adapter à une nouvelle culture. Il a besoin d'amour et de patience. Il a besoin d'être avec des Terriens qui écoutent son langage en même temps que lui essaye d'apprendre le leur. Les nouveaux parents doivent comprendre que le petit Voie-lactien ne se réveille pas la nuit pour les rendre fous : c'est juste sa façon d'être. Un jour, il comprendra qu'être debout la nuit n'est autorisé que pour les étudiants, les célibataires et ceux qui doivent travailler de nuit, comme les infirmières et les serveuses. Il apprendra à manger à des heures qui conviennent aux Terriens. Ce concept prendra un long moment à être assimilé parce que la meilleure nourriture pour le faire grandir en bonne santé, à savoir le lait vénusien, se digère très rapidement. Si on le presse trop, le bébé Voie-lactien risque de ne pas avoir confiance en sa nouvelle planète et de mettre plus longtemps à devenir un petit Terrien indépendant. S'il a de la chance, il trouvera un foyer avec des Terriens qui apprécieront ses qualités voie-lactiennes et se réjouiront de ses premières semaines si spéciales sur Terre, quand le bébé est tout neuf. Bientôt, il deviendra un vrai Terrien, mangera comme un Terrien, dormira comme un Terrien. Il est dangereux pour sa santé mentale et son bien-être de vouloir accélérer la transition. Ayez confiance, ça arrivera en son temps."

Ann Calandro, Waxhaw, Caroline du Nord, paru dans North Carolina's Rocking Chair, Printemps 1998

×